coeur triste

 

Tous les matins, je partais courir,

Tous les matins, je n’aimais plus rire,

Chaque matin, je me réveillais chagrin,

Chaque matin, mes larmes étaient sans fin.

 

 

Tous les soirs, je repartais courir,

Tous les soirs, mon sommeil était souffrir,

Chaque soir, ma solitude s’habillait de noire,

Chaque soir, ma mélancolie était au désespoir.

 

Un jour, je n’ai plus pensé aux lendemains qui pleurent,

Car le bonheur a trouvé le chemin de mon cœur,

Un jour, mes yeux n’étaient plus des fleuves à toute heure,

Car mes rires ont effacé mes malheurs.