30 août 2018

La faim d'un amour

 

deux chats

(Image empruntée sur le net).

 

Dans la nuit, tous les chats sont gris,

Le mien sort au souffle du vent,

Ce coquin se nomme Mistigri

Et fait la sérénade au persan.

 

Mon vagabond est amoureux,

Il va voir sa Shéhérazade

Pour mourir d’amour sous ses yeux,

En imitant le hit parade.

 

Comment retenir O’Malley

Quand la Duchesse est au balcon

En singeant les rats d’un ballet

Tournant la tête à mon poltron ?

 

Bien sûr, la Belle est jolie,

Dans son blanc manteau de fourrure,

Mistigri voudrait des petits,

Avec la minette à l’air pur.

 

Cette union ne se fit jamais,

Notre donzelle était maquée,

Il est rentré chez moi frustré

Pour dévorer une pâtée.

 

Il est devenu boulimique,

Ne pouvant pas sauter la chatte,

Il se venge sur le thon nordique,

En vidant sa gamelle plate.

 

Il calme toutes ses ardeurs,

Se contentant de mes bisous,

De caresses tendres, de douceurs,

Pour oublier cet amour fou.

 

Miaou, miaou

 

 

 

Posté par mespetitspoemes à 14:17 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

18 juin 2017

Un matin en alexandrin

nid d'oiseaux

Image empruntée sur le net

 

Les cocoricos d’une majesté huppée

Réveillent la population des alentours.

En admirant sans bruit, mes amis colorés

Se pavanaient au vent dans la lueur du jour.

 

J’ouvre ma fenêtre pour respirer un brin,

Des oiseaux virevoltent pour ravir leurs muses.

Buvotant mon breuvage fumant du matin,

Les volutes des ces planeurs plumés m’amusent.

 

Tous les arbres revêtus de leurs beaux atours

Offrent des coins secrets aux couples aériens.

Dans leurs nids jasent les bébés de leurs amours

Et tous mes sens s’éveillent dans ce beau jardin.

 

 

Posté par mespetitspoemes à 16:50 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
15 septembre 2016

La marmaille

oies

Image empruntée sur le net

 

Que se passe-t-il ? Quelle est donc cette bataille ?

Me levant d’un bond en tenue d’épouvantail,

Emmitouflée dans mon grand et douillet chandail,

Je vais rapidement vers la fenêtre et baille.

 

J’aperçois loin dans le jardin de la volaille.

Ces demoiselles endimanchées cacardent, braillent.

Ces belles végétariennes affamées se chamaillent,

Attrapent des larves d’insectes pour ripaille.

 

Je reste à regarder ces oies blanches et pinaille.

Quel amusant spectacle m’offrent ces canailles !

Vite, dans l’instant, j’avale des œufs de caille,

Et je sirote mon jus d’orange à la paille.

 

Après avoir ôté mon pyjama de maille.

Je ris d’entendre le chant de cette marmaille

Et vocalise en me douchant. Adieu grisaille !

A quelle belle journée avant d’aller au travail !

 

 

Posté par mespetitspoemes à 21:12 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
26 mai 2015

La mouche sexy

 

La mouche sexy

 

 

Moi, coquine mouche
Au coin de tes lèvres roses
Suis grain de beauté

 

 

 

Posté par mespetitspoemes à 10:13 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
08 mai 2015

Les petits chiens de Désirée

caniche assis

 

Caniche femelle toujours bien coiffée,

Vivant chez mes beaux parents aimés, 

Dans les bras de sa maîtresse ravie,

Restait la journée blottie sans souci.

 

Tantôt elle s’amusait dans le jardin,

A courir après le chaton du voisin,

Ou gambadait sous les cerisiers,

En donnant des rires à Désirée.

 

Titus le bâtard, un peu fripon,

Autre locataire de la maison,

Chahutait sa dulcinée adorée,

En danse autour de la pâtée.

 

Oui, les années se sont écoulées,

Titus et Capucine nous ont quittés,

Alors Caroline fut la remplaçante,

Pour des lendemains qui chantent.

 

Ce joli loulou énergique à l’œil brillant,

Accompagna ma gentille belle maman,

 Par ses délicieux moments d’humeur,

Jusqu’à la fin de sa vie avec bonheur.

Posté par mespetitspoemes à 21:57 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
02 mai 2015

Promenade

GetAttachment

 

Près de chez moi, il y a un parc qui me fait rêver,

Sous les peupliers où se cache une jolie mare,

Nagent deux cygnes d’une blancheur rare,

Dans une allure altière sur l’onde bleutée.

 

Comme des somptueux vaisseaux de plaisance,

 Ils voguent dignement sur l’eau avec lenteur,

Quand un enfant mangeant un petit beurre,

S’approche dans un geste de bienveillance.

 

Sans les effaroucher, je m’assois sur un banc,

Appréciant de ce moment sublime et unique,

Le couple d’oiseaux à la grâce magnifique,

Attiré par le bambin au biscuit gourmand.

 

Cette rencontre de l’enfant et de l’animal,

Donne à une simple complicité partagée,

L'image d’un tendre bonheur inégalé,

Dans l’innocence entre bien et mal.

Posté par mespetitspoemes à 22:33 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

Kitty, notre biquette

la biquette

Quand Kitty la biquette est née,

Maman Bique refusait de la nourrir,

Et Papa Bouc ne voulait pas la garder,

Si elle restait avec eux, elle pouvait mourir.

 

Nous l’avons recueillie un matin,

En l’installant sur un tapis douillet,

Tout près de la grange au fond du jardin,

Et nous lui avons donné un biberon de lait.

 

Devenant une très belle chevrette,

Elle passait son temps dans notre parc,

A gambader en rebondissantes galipettes,

Cette agile coquine attendait son monarque.

 

Elle voulait partir de chez nous,

Car elle était tombée très amoureuse,

Et allait à la ferme du voisin, sans remous,

Flirter avec le biquet en caresses affectueuses.

 

Nos jeunes tourtereaux en duo,

Caracolaient dans tout notre village,

Avec le temps, ils ont eu un joli chevreau,

Et sont devenus à leur tour des parents sages.

 

 

 

 

Posté par mespetitspoemes à 15:52 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
14 avril 2015

Mon Yorkshire

yorshire

 

Je me souviens de ton arrivée,

Petite chienne totalement délaissée,

Ton pelage rasé et tes grandes oreilles

Te donnaient une allure sans pareille.

Effarouchée, comme un petit  lapin,

Tu avais besoin d’un énorme câlin.

 

Je ne voulais pas d’adopter,

 Mais par pitié je t’ai gardée.

Ton mal-être était surprenant,

Tout en toi apparaissait souffrant,

Et tes larmes m’avaient émue,

Tu avais mis mon âme à nue.

 

N’ignorant plus les vertes prairies,

Les allées fleuries, les sentiers jolis,

Nos ballades furent endiablées.

 Pauvre animal des murs cloisonnés,

Sautillant à mes côtés des heures,

Je t’aimais, adorable petit cœur.

 

Les saisons t’avaient émerveillée,

Tout en t’apaisant, tu avais apprécié,

 Les parcs aux chemins verdoyants,

Et les brumes matinales du printemps.

L' été, tu gambadais avec les papillons,

En attrapant les abeilles en rébellion.

 

A l’automne, les feuilles collées à tes pattes,

En gestes comiques tu les ôtais en toute hâte,

Et l’hiver, les flocons de neige s’amusaient,

A blanchir ta brune truffe souillée.

Ton élégante frimousse canine,

Flattait mon esprit de gamine.

 

Pendant tout ce temps à deux,

Gentil bout de poils soyeux,

La tête penchée sur mon épaule,

Tu te révélais en premier rôle,

 Calmant mes angoisses sans violence,

En écoutant mes larmoyants silences.

 

Les années se sont écoulées,

Sans pouvoir les arrêter.

Tu as vieillie, tu es partie,

Ma seule amie, sans un cri.

Non jamais,  je ne t’oublierai,

Ma Star fidèle, tu étais.

Posté par mespetitspoemes à 23:51 - - Commentaires [0] - Permalien [#]