15 avril 2015

Instant plaisir (triolet écrit sans la voyelle E)

salambo

Salambo : pâtisserie en forme oblongue de pâte à choux fourrée de crème pâtissière,

aromatisée au Grand Marnier, glaçage fondant rose, pailleté de chocolat.

 

 

Dans sa main, un bon salambo

Lui donnait l’air d’un vrai gourmand.

Sur un banc, il s’assit solo

Dans sa main, un bon salambo.

 

Croqua  son grand chou rigolo

D’un coup l’avala tout plaisant.

Dans sa main, un bon salambo

Lui donnait l’air d’un vrai gourmand.

Posté par mespetitspoemes à 00:32 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

07 avril 2015

Les roses du coeur (triolet écrit sans la lettre A)

Quand Babette aime les roses, elle le dit sans A

 

bouquet de roses

 

Senteurs des roses colorées,

Inondent des milliers de cœurs,

En odeur de félicité,

Senteurs des roses colorées.

 

Bien que jonquilles et bleuets,

Forment un bouquet de couleurs,

Senteurs des roses colorées,

Inondent des milliers de cœurs.

Posté par mespetitspoemes à 15:10 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
06 avril 2015

Terrible destin (poème écrit sans la voyelle U)

poéme sans u

 

La Dame de fer envoyait des belles rengaines

Vers  la Liberté, vers les terres américaines,

Et notre Edith , dans sa petite robe noire,

S’envolait dans la frénésie et l’espoir.

 

Le Roi de la boxe, passionné de son art,

Embrassa le rayonnement de son regard,

Elle chantait la vie en rose à son athlète,

Ne regrettant rien de sa vie de Cosette.

 

Marcel elle le chérit et le clame en Milord,

Elle l’aime, son légionnaire, elle l’adore,

Son amant de la saint Jean étant charmé,

S’enflammait dans son manège enchanté.

 

Dans le ciel des Açores, l’avion s’écrasa,

Le Prince de la Môme de Paris se brisa,

A l’apogée de sa vie, il partit trop vite,

Laissant larmes amères à la petite Edith.

 

Son âme criait sa haine et son désespoir,

Sa voix chantait les sanglots matin et soir,

Mais le champion ne reviendra jamais,

Par devant la scène, telle était sa destinée.

 

Elle le rejoindra dans le silence éternel,

Edith et Marcel resteront des amants fidèles,

Le monde entier retiendra la belle romance,

De l’homme et de la femme, plein d’espérance.

Posté par mespetitspoemes à 15:05 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

Fable au goût du jour (poème sans la voyelle i)

Quand Babette aime bien les fables et les contes de son enfance.....

fenetre

 

Notre protégé de Foucquet adore  le fromage,

Le corbeau et le renard en sont un hommage,

Comme dans les fables et les contes de Jean,

Les compères rêvent d’un onctueux coulant.

 

Par la fenêtre ouverte aux regards des passants,

Les deux crapules échafaudent un coup fumant,

L’un deux fera le guetteur hautement perché,

Pendant que  l’autre tentera de chaparder.

 

Sur une table trône un camembert fondant,

Le museau du futé hume le fumet alléchant,

Le crémeux revêtu de son bel emballage,

Est un cadeau agréable d’abordage.

 

Posant doucement ses pattes sur la déserte,

Prendre un morceau est une grosse perte.

En remuant doucement sa queue touffue,

Dévore de ses yeux ce moelleux ventru.

 

Ouvre grande sa gueule, du tout s’en empare,

Le passereau aux plumes d’ébène se marre,

Le rusé au pelage roux étant sans argent,

Se carapate avant la venue des agents.

 

Retrouve son acolyte dans le pré d’à côté,

Partage le pactole pour après le déguster,

Corbeau, Renard, frères en bavardage,

Ont l’appétence du maraudage.

 

Alors, alors………

N’étalez pas vos trésors aux yeux des jaloux,

Protégez-les, car les voleurs sont partout.

Posté par mespetitspoemes à 14:53 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
02 avril 2015

Ma charmante étrangère (poème écrit sans O)

Quand Babette fait d'un  véhicule, un beau rêve,

elle l'exprime sans O

 

un transport de reve

 

 

Fier véhicule des temps anciens,

Sagement m’attend ce matin,

Agé de plus de dix années,

Tu sais que tu es bien né.

 

Là-haut, au pays de l’astre levant,

En France, je t’ai acheté en riant.

Ici, en charmante étrangère,

En Française, tu gères.

 

Tu as la maturité d’Hercule,

Mais lentement, tu recules,

Tu as la beauté d’Athéna,

Déesse guerrière, au cinéma.

 

Ta tendance grise argentée,

Te rajeunit, même fatigué,

Avec l’aisance d’une reine,

Tu démarres sans peine.

 

 En Divine de ma pauvre vie,

Moi, l’aimée sans blé te chérit,

My very nice « yesterday »

Jamais, ta vente ne sera  sur Ebay.

Posté par mespetitspoemes à 13:04 - - Commentaires [0] - Permalien [#]