lettre

(image empruntée sur le net).

Toutes les femmes de ta vie

Sont l’âme de ta tendre amie,

Tu vas découvrir une almée

Dans les courbes de ta moitié.

 

Cette charmante dulcinée

À la plastic d’une poupée,

Est sous tes yeux une groupie

Qui se transforme en égérie.

 

Elle te cajole en infirmière

Et abat ton mal en pionnière,

Car elle est ta bonne marraine

Qui vainc tes douleurs en cheftaine.

 

Ne la prends pas pour la cocotte,

Ne lui parle pas comme un pote,

Mais admire-la en starlette

Sans la traiter de pipelette.

 

Ne la prends pas pour la minette,

Ta jolie petite nénette

A l’allure d’une tsarine

Et sera au lit l’héroïne.

 

Ne prends pas cette bell’ nana

Pour la dernière des geishas,

Tous les jours cette douce hôtesse

T’accueille en belle poétesse.